Journal de Ken - Défilé Crépuscule « in the street » : behind the scene

Journal de Ken - Défilé Crépuscule « in the street » : behind the scene


Encore une fois, nous profitons du pique-nique de l’Association du Faubourg Saint-Germain pour organiser un défilé sur tapis… sans tapis cette fois-ci…

(La préfecture l’a interdit. Peut-être que le tapis est devenu dangereux maintenant … ? )

Alors j’ai utilisé du tissu orange pour faire un tapis de confettis (presque 3 mètres de tissu à découper pour y arriver).

En tout cas j’ai essayé !

Le défilé s’est merveilleusement bien passé. Comme le décrit si poétiquement @catherine.dupon dans sa story instagram :

Sous les objectifs

Sous les rires

Sous tous les regards ébahis

Sous toutes les coutures

Sous les applaudissements

Défilé hors du commun…comme vous !

    

  


  
  

              

Après la folie du défilé, je suis interpellée par tous les photographes « Ken ! Ken par ici ! ». 

C’est mon moment, mon moment de créatrice.

2 minutes sous les applaudissements, un moteur pour les 6 mois à venir à préparer la prochaine collection. Je pense que c’est là où le travail de tout styliste trouve son aboutissement…

Un invité m’a confié : « Je suis content de voir ce défilé. J’imagine ma femme porter tes vêtements ».

Ca m’a fait très plaisir. C’est vrai, quand j’étais jeune je rêvais de devenir une créatrice célèbre, l’ambition de toute jeune styliste. Le temps passe, je suis aujourd’hui maman de 3 enfants, je me sens plus dans la peau d’une coiffeuse (dans une autre vie je l’aurais été).Pourquoi ?

Quand on sort du coiffeur, on se sent toute belle, plus belle qu’avant. Je ressens le même bon sentiment. En étant styliste je me sens utile. Je soutiens mes clients, je veux les rendre chics et modernes et les mettre en valeur comme une coiffeuse.

«  Tu devrais faire un plus grand défilé, et pas un petit défilé dans la rue », m’a-t-on souvent dit.

Petit défilé ?

Mais non. Chaque défilé dans cette rue est rempli de création, de créativité et d’émotion, et je ressens autant de joie, de confiance et d’euphorie que ceux de l’hôtel Lutetia, W Opéra hôtel, hôtel du Louvre, place Vendôme, espace Toyota Champs-Elysées…

Ici j’adore, c’est ma 2ème maison, Paris 7ème, rive gauche ! Je m’y sens bien, je me sens rassurée.

Le pique-nique du Faubourg Saint-Germain est une véritable tradition pour moi. C’est français, c’est parisien. C’est peut-être encore peu connu mais c’est mon océan bleu…

Je suis fière de défiler in this « street »…

D'ailleurs, il y a 2 jours Isabelle Marant a organisé un défilé in the street !

        

        

                                 

                               

Il y a toujours des imprévus.

- 20h30 la pluie nous tombe dessus.

Elle attaque tout le décor, les nappes sont imbibées d’eau, les bancs trempés. Mon staff s’inquiète « peut-être qu’il faut annuler le défilé ? » C’est catastrophique ! Après 20 minutes, le soleil revient chasser la pluie. Le Dieu est de mon côté !! 

- Le thème de ce défilé : crépuscule dans le brouillard.

Mais ce brouillard crée beaucoup de conflits entre ambiance recherchée et photographes.Kenji devait s’occuper du brouillard mais on entendait sans arrêt les photographes crier « Arrêtez le brouillard !!! ». C’est vrai sans brouillard les photos sont plus claires. On a finalement décidé de remettre le brouillard pour le final… Un crépuscule sans brouillard !!!

- Last minute. J-2, le Dj que je voulais m’a enfin répondu oui.

Génial ! Il a mit une belle ambiance et je peux le dire, de tous mes défilés, c’est la plus belle musique qui a pu m’accompagner. Un grand merci à Alexandre Maruffy. J’ai eu de la chance !!!

- Chaque année il y a une personne absente, en retard.

Mais on arrive toujours à trouver une solution. Cette année, Lola, la fille d’une de mes clientes a remplacé une absente, c’était merveilleux, elle est géniale.  J’ai touché le bois, encore de la chance !

- L’acteur Olivier Marthé, 1m80 a apporté avec son masque une ambiance fantastique. Un centaure géant !!! C’est le Dieu qui me l’a amené !!!

 - Etre ballerine, c’est mon rêve d’enfant.

C’est toujours un grand plaisir de travailler avec des ballerines que ce soit pour les danseuses étoiles de l’Opéra de Paris, ou les ballerines qui défilent pour moi à l’hôtel Lutetia, ou bien  pour un shooting avec une ballerine à l’hotel W Opéra…

Cette fois-ci, c’est différent. C’est la ballerine du quartier, à deux pas de la rue de la Chaise. Je suis ravie de l’avoir rencontré. Elle a rendu mon vêtement si gracieux, si poétique, si sensuel. Merci Laurine Ristroph.

- Les petites filles du quartier sont toujours partantes pour participer au défilé.

Génial imprévu de dernière minute. Elles portent le panneau devant le backstage avec le géant centaure. On dirait des anges gardiens. Les enfants portent la chance. Toujours !!!

Photo Credit :  Studio Fradet- Geneviève Fradet


    

   


Posted on 21/06/2019 Journal de Ken

No products

To be determined Livraison
0,00 € Total

Voir mon panier